أخبار دوليةالأخبار

“L’important, ce n’est pas Bachar, c’est de vaincre l’État islamique”


Une assemblée générale historique? Dans un discours prononcé lundi à l’ONU, Vladimir Poutine a appelé les Occidentaux à créer «une alliance anti-terroriste» et à soutenir l’armée syrienne. Alors que Barack Obama approuve le principe de discussions tactiques entre les armées russes et américaines, François Hollande se montre plus réservé, et répète que Bachar el-Assad doit partir. Mauvaise tactique, pour l’écrasante majorité des lecteurs du Figaro, qui, répondant à notre question du jour, se disent favorables à la proposition du président russe à 93%.
«Poutine avait raison depuis le début, commente tout d’abord PaixDuMonde. La stratégie du gouvernement français est douteuse. Si François Hollande souhaite se démarquer des positions alliées, comme l’avait fait en leur temps un De Gaulle ou un Chirac dans le conflit irakien, sa stratégie ne ressemble qu’à de la politique politicienne pour un nouveau mandat.» Delta3112 approuve, qui estime que nous vivons «dans un monde multipolaire», dans lequel «la France n’est plus qu’une puissance de seconde zone». En outre, selon Maurice Costard, «chaque jour qui passe renforce la culture de guerre de ces fous de Daech». C’est pourquoi «ce kyste» doit être «arrêté au plus vite». «Tout le reste est du détail», assure-t-il encore. Enfin, Ray.action tient à saluer Poutine pour avoir réalisé que l’important «n’est pas le président syrien, mais de vaincre militairement l’État Islamique», «le cas Bachar» pouvant «être réglé ensuite».
«Une intervention est inutile, car Daech défend une ‘idée’, pas un territoire»
Si la plupart de nos lecteurs plaident pour un rapprochement avec Bachar el-Assad, d’autres sont plus sceptiques. «J’ai peur qu’une intervention militaire soit totalement inutile, commente ainsi petit fils. Daech défend une ‘idée’, non un territoire. En cas d’intervention militaire, ils se contenteront de se fondre dans la population et de se déplacer à travers des frontières inexistantes.» Serait-ce une manière pour Vladimir Poutine de maintenir ses intérêts dans la région, dont les livraisons d’armes? Oui, répond Ag2l, pour qui le président russe se «lance à l’assaut d’un pays dont il rêve pour ses futures stations balnéaires et son pétrole». «Une fois le pays propre, il n’aura plus rien à faire de ce qui se passe ailleurs», prédit-il.
«Cela fait 2 ans ou plus qu’Hollande propose une intervention internationale, avant même que Daech ne soit créé. Poutine y avait opposé son véto. Qui avait vu juste?», s’interroge Anitater. Etienne Roger lui aussi rappelle que cette demande de coalition existait déjà, et résume: «Bachar el-Assad doit évidemment partir. Obama est d’ailleurs sur la ligne de François Hollande.»

Taroudantnews
LE FIgaro

مقالات ذات صلة

زر الذهاب إلى الأعلى