أخبار وطنيةالأخبار

La jeunesse africaine discute des moyens de promouvoir la paix sur le continent


L’amphithéâtre rouge de l’École Nationale de Commerce et de Gestion à Kénitra, a accueilli le premier séminaire organisé par l’Institut Africain de la Construction de Paix et de la Transformation des Conflits (AIPECT), en partenariat avec l’Université Ibn Tofail, portant sur le thème : ‘’ Le rôle des jeunes dans la promotion de pistes de paix en Afrique‘’. Ce séminaire a connu la participation de plusieurs pays africains, ainsi que des personnalités représentant quelques organisations de jeunesse qui font partie de l’Union Africain.
Selon M. Mohamed Ahmed Gain , professeur chercheur à l’université Ibn Tofail : ‘’ Ce colloque vient afin de suivre les tendances dépeintes par le Maroc dans le cadre de son ouverture sur son entourage africain, et pour engager et faire participer les jeunes marocains dans la formation d’une vision intégrée sur les pistes de fonctionnement du Maroc après sa décision de regagner l’Union Africain ‘’, M. Gain a ajouté au cours de son intervention que : ‘’ l’université doit jouer un rôle actif, au même titre que la société civile , à travers la création d’espaces de discussion, des Think-tank pour l’échange d’expériences entre les jeunes africains, en vue de promouvoir des partenariats horizontaux pour servir les causes de la Grande Afrique ‘’ .
Il convient de noter que le colloque a connu la participation de M. Souleymane Satigui Sidibé, secrétaire général de l’Union Panafricain des Jeunes (UPJ), qui a axé son intervention sur les rôles de l’UPJ . À ce propos, il a souligné que : ‘’ ce séminaire vient d’abord en tant que plate-forme initiale et premier pas, pour réfléchir sur une coopération éventuelle entre notre organisation et le reste des intervenants et des acteurs intéressés par les questions de jeunesse au Maroc ‘’ . M. Sidibé a salué le rôle joué par le Maroc en Afrique, qui sera certainement renforcé par son retour à l’Union, qui est accueilli par la majorité des pays du continent ‘’ affirme-t-il .
Le colloque a connu aussi la participation de M. Cissé Seko, représentant du Conseil Malien de la Jeunesse, M. Seko a exposé, à travers son intervention, les défis auxquels sont confrontés les jeunes d’Afrique, en soulignant les moyens d’intégrer ces jeunes dans les approches de développement, visant à renoncer les conflits et toutes les formes d’extrémisme violent . Cependant, Il a consacré une partie de son discours pour montrer le rôle joué par le Maroc à l’État du Mali, à travers la formation des Imams et de prédicateurs jeunes, et l’enracinement des valeurs de l’Islam modéré chez les jeunes maliens .
Le séminaire a également connu plusieurs interventions des jeunes étudiantes et étudiants, de différentes nationalités africaines, qui ont exprimé leurs préoccupations et aspirations, et ont interagi avec les intervenants à travers leurs interrogations liées au thème du colloque .

Taroudantnews

مقالات ذات صلة

زر الذهاب إلى الأعلى